Description des legs

image_pdfimage_print

money-621349_1280

Léguer, c’est prévoir la transmission de biens à une ou plusieurs personnes (légataires) par testament. C’est prévoir de donner après sa mort sans contrepartie.

Le legs est défini par le dictionnaire de droit privé comme : « une gratification consentie par testament. Le legs, porte en général dérogation aux règles légales de la dévolution successorale.

Le but du testateur est soit dattribuer tout ou partie de sa succession à une personne qui ny était pas normalement appelée, soit dattribuer à un de ses héritiers légaux une part dun montant excédant la part dhéritage que la loi lui réserve. Le bénéficiaire dun legs est appelé le légataire.

Le légataire est dit légataire universel lorsquil est gratifié de lensemble des biens, droits et actions que le testateur laisse à son décès. Si ce dernier ne lui lègue quune partie ou une fraction de son patrimoine, le bénéficiaire du legs est dit légataire à titre universel » (Dictionnaire du Droit privé).

Le legs désigne donc le bien que l’auteur du testament décide de donner. Contrairement à la donation, le legs prend effet seulement à la mort du testateur. Cependant, le legs n’est pas transmissible, les légataires décédés ne transmettent pas leurs legs à leurs héritiers. Dès lors, si le légataire désigné décède avant le testateur et que le testament n’est pas modifié la part léguée est perdue.

Le don ou la donation constitue la transmission d’un bien ou d’un droit, consenti par une personne au profit d’une autre. Cette transmission peut être exécutée du vivant du donateur, on parle alors d’une « transmission entre vifs ». Elle peut être décidée par le stipulant sous la condition que lui survive la personne qu’il désigne pour être celle qui sera bénéficiaire de cette libéralité, dite «  le donataire » ou « le légataire».

L’article 901 du Code civil présente une exigence en matière de capacité à rédiger un testament :  « Pour faire une libéralité, il faut être sain desprit. La libéralité est nulle lorsque le consentement a été vicié par lerreur, le dol ou la violence ». Toutes les personnes peuvent disposer et recevoir par testament, excepté celles que la loi en déclare inaptes à recevoir.

Ainsi, le mineur âgé de moins de seize ans ne peut disposer de ses biens par testament, sauf par contrat de mariage avec le consentement des personnes désignées aux articles 148 et suivants du Code civil. C’est ce que prévoit l’article 903 du Code civil : « Le mineur âgé de moins de seize ans ne pourra aucunement disposer, sauf ce qui est réglé au chapitre IX du présent titre ».

Le mineur de plus de seize ans non émancipés ne peut disposer par testament qu’à concurrence de la moitié des biens dont la loi permet au majeur de disposer.

L’article 904 du Code civil prévoit ainsi : « Le mineur, parvenu à lâge de seize ans et non émancipé, ne pourra disposer que par testament, et jusquà concurrence seulement de la moitié des biens dont la loi permet au majeur de disposer.

Toutefois, sil est appelé sous les drapeaux pour une campagne de guerre, il pourra, pendant la durée des hostilités, disposer de la même quotité que sil était majeur, en faveur de lun quelconque de ses parents ou de plusieurs dentre eux et jusquau sixième degré inclusivement ou encore en faveur de son conjoint survivant. À défaut de parents au sixième degré inclusivement, le mineur pourra disposer comme le ferait un majeur ».

Pour le cas des enfants à naître, et pour être capable de recevoir par testament, il suffit d’être conçu à l’époque du décès du testateur.

C’est ce que prévoit l’article 906 du Code civil. Pour ce qui est du mineur, quoique parvenu à l’âge de seize ans, il ne pourra, même par testament, disposer au profit de son tuteur et, même devenu majeur ou émancipé, il ne pourra disposer au profit de celui qui aura été son tuteur, si le compte définitif de la tutelle n’a pas été préalablement rendu et apuré (sauf si le tuteur est ou était un ascendant du mineur. C’est ce que prévoit le Code civil, en son article 907.

Certaines règles encadrent les legs, quant à leurs objets, leurs auteurs ainsi que leurs bénéficiaires.

I. Les personnes pouvant léguer

Toute personne ne peut pas être l’auteur d’un legs. Ainsi, le mineur ne peut pas disposer de ses biens librement, son patrimoine est protégé. Même avec l’accord de ses parents ou tuteurs, aucune transmission n’est permise.

Toutefois, le mineur émancipé est considéré comme un majeur capable et peut donc transmettre ses biens par testament en toute liberté. Le mineur de plus de 16 ans dispose de la moitié de ses biens et peut donc léguer cette moitié.

Le cas des majeurs protégés. Pour ce qui est du majeur protégé, peut léguer seulement avec autorisation de son tuteur ou curateur. La personne placée sous sauvegarde de justice peut, quant à elle, transmettre librement son patrimoine. Ainsi, comme pour tout acte juridique, le legs doit être accompli par une personne capable juridiquement (Article 901 du Code civil).

Pour la résolution de vos problèmes relatifs de succession, nos avocats sont disposés à vous aider.

Téléphonez nous au : 01 43 37 75 63
ou remplissez le formulaire en cliquant sur le lien

II. Les personnes pouvant recevoir un legs 

Toute personne ne peut pas être bénéficiaire d’un legs. Ainsi, les docteurs en médecine ou en chirurgie, les officiers de santé, les pharmaciens qui ont traité une personne pendant la maladie dont elle meurt ne pourront profiter des dispositions qu’elle aurait faites en leur faveur pendant le cours de la maladie.

Sauf dérogation de l’article 909 du Code civil : « Sont exceptées : 1° Les dispositions rémunératoires faites à titre particulier, eu égard aux facultés du disposant et aux services rendus ; 2° Les dispositions universelles, dans le cas de parenté jusquau quatrième degré inclusivement, pourvu toutefois que le décédé nait pas dhéritiers en ligne directe ; à moins que celui au profit de qui la disposition a été faite ne soit lui-même du nombre de ces héritiers. Les mêmes règles seront observées à légard du ministre du culte ».

Les testaments au profit des hospices, des pauvres d’une commune ou d’établissements d’utilité publique n’auront d’effet qu’après autorisation par décret. C’est ce que prévoit l’article 910 du Code civil.

Cas des majeurs protégés. S’agissant des majeurs concernés par une mesure de protection, pour l’essentiel, il faut retenir deux règles. D’une part, l’article 470 du Code civil dispose que «  La personne en curatelle peut librement tester sous réserve des dispositions de larticle 901. Elle ne peut faire de donation quavec lassistance du curateur. Le curateur est réputé en opposition dintérêts avec la personne protégée lorsquil est bénéficiaire de la donation ».

La seule exception relève donc de l’insanité d’esprit de l’article 901 du Code civil. D’autre part, l’article 476 du Code civil dispose que : « La personne en tutelle peut, avec lautorisation du juge ou du conseil de famille sil a été constitué, être assistée ou au besoin représentée par le tuteur pour faire des donations. Elle ne peut faire seule son testament après louverture de la tutelle quavec lautorisation du juge ou du conseil de famille sil a été constitué, à peine de nullité de lacte. Le tuteur ne peut ni lassister ni la représenter à cette occasion.

Toutefois, elle peut seule révoquer le testament fait avant ou après louverture de la tutelle. Le testament fait antérieurement à louverture de la tutelle reste valable à moins quil ne soit établi que, depuis cette ouverture, la cause qui avait déterminé le testateur à disposer a disparu ». Ainsi, toute personne qui possède une autorité et qui peut influencer le défunt, dans ses derniers instants, est exclue des bénéficiaires potentiels de legs.

III. Les biens pouvant être légués

Tous les biens ne peuvent pas être légués. Les legs consentis sont, en effet, limités par les droits des héritiers réservataires. Les legs ne doivent pas diminuer la part réservée à ces derniers.

Dans le cas contraire, les legs pourront être amoindris ou annulés. C’est ce que prévoit l’article 912 du Code civil qui dispose : « La réserve héréditaire est la part des biens et droits successoraux dont la loi assure la dévolution libre de charges à certains héritiers dits réservataires, sils sont appelés à la succession et sils l’acceptent. La quotité disponible est la part des biens et droits successoraux qui nest pas réservée par la loi et dont le défunt a pu disposer librement par des libéralités ».

L’article 913 du Code civil complète le dispositif en prévoyant que : « Les libéralités, soit par actes entre vifs, soit par testament, ne pourront excéder la moitié des biens du disposant, sil ne laisse à son décès quun enfant ; le tiers, sil laisse deux enfants ; le quart, sil en laisse trois ou un plus grands nombres. Lenfant qui renonce à la succession nest compris dans le nombre denfants laissés par le défunt que sil est représenté ou sil est tenu au rapport dune libéralité en application des dispositions de larticle 845 ».

Au surplus, le testateur doit prendre soin de suffisamment préciser l’identité de ses légataires (il ne faut pas avoir de doute sur leurs identités) sous peine de voir les legs annulés.

En France, il existe trois types de legs aux conséquences variables.

Le legs universel. La définition en est donnée par l’article 1003 du Code civil : « le legs universel est la disposition testamentaire par laquelle le testateur donne à une ou plusieurs personnes luniversalité des biens qu’il laissera à son décès ».

Ce qui caractérise toujours le legs universel est la vocation du légataire à recevoir la totalité du patrimoine laissé par le testateur à son décès. L’émolument réel et final sera éventuellement différent. Ainsi, s’il y a plusieurs légataires universels qui acceptent, ils se partageront l’ensemble. De même, si le légataire universel vient à la succession en présence d’héritiers réservataires, ses droits seront limités à la mesure de la quotité disponible. Mais le titre donnant droit à l’universalité demeure.

Le legs à titre universel. C’est l’article 1010 du Code civil qui le définit : «le legs à titre universel est celui par lequel le testateur lègue une quote-part des biens dont la loi lui permet de disposer, telle qu’une moitié, un tiers, ou tous ses immeubles, ou tout son mobilier, ou une quotité fixe de tous ses immeubles ou de tout son mobilier ».

Principalement, le legs à titre universel se caractérise par l’attribution au légataire d’une portion des biens, d’une catégorie générale de biens, ou d’une portion de la catégorie de biens telle qu’énoncée par le testateur.

Il y a lieu d’ajouter que le legs en nue-propriété de tous les immeubles, ou en usufruit de toute la succession, de la quotité disponible, ou d’une quote-part de la succession est également admis comme un legs à titre universel (Cour de cassation, 1re chambre civile du 10 février 2016, n° 14-27.057, n° 14-28.272).

Bien entendu, il peut y avoir aussi plusieurs legs à titre universel. Ce qui demeure distinctif par rapport au legs universel est que le légataire à titre universel n’a jamais droit à la totalité du patrimoine.

Le legs particulier. Sans être vraiment défini, il est présenté par l’article 1010 du Code civil, par opposition aux précédents : « tout autre legs ne forme qu’une disposition à titre particulier ».

Suivant la déduction, le legs à titre particulier se définit comme ayant pour objet un bien déterminé, ou plusieurs, qui se trouve être particulièrement désigné, situé, singularisé dans le patrimoine du testateur.

Des legs à titre particulier ainsi compris peuvent naturellement être établis en coexistence avec des legs universels ou à titre universel. Le légataire à titre particulier n’a droit qu’au bien ou au droit objet du legs sans pouvoir prétendre, généralement, ni à l’universalité ni à une quote-part du patrimoine constituant la succession.

Les legs font partie du patrimoine du défunt, ce patrimoine comprend à la fois les biens, mais aussi les dettes. Face à cette lourde responsabilité, la loi considère que les legs ne peuvent être imposés aux bénéficiaires. Les bénéficiaires peuvent les refuser.

SOURCES :
DICTIONNAIRE DU DROIT PRIVÉ : https://www.dictionnaire-juridique.com/definition/legs.php
ARTICLE 901 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433635/
ARTICLE 903 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433639
ARTICLE 904 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433642
ARTICLE 906 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433644
ARTICLE 907 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433646
ARTICLE 909 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006433669/
ARTICLE 910 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000030930145
ARTICLE 470 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/article_lc/LEGIARTI000006427836/
ARTICLE 476 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGIARTI000006427839/2009-01-01
ARTICLES 912 ET 913 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006150544/
COUR DE CASSATION, 1RE CHAMBRE CIVILE DU 10 FÉVRIER 2016, N° 14-27.057, N° 14-28.272 : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/premiere_chambre_civile_568/105_10_33601.html
ARTICLE 1003 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006150549/
ARTICLE 1010 DU CODE CIVIL : https://www.legifrance.gouv.fr/codes/id/LEGISCTA000006150549/
SUCCESSION DONATIONS PROTÉGEZ VOS PROCHES – QUE CHOISIR – MARS 2015
ÉTABLIR UN TESTAMENT  : http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F16277.xhtml
LA TUTELLE ET LA CURATELLE : http://www.vos-droits.justice.gouv.fr/deces-succession-11957/preparer-sa-succession-autres-dispositifs-11993/donations-legs-assortis-dune-obligation-de-transmettre-un-bien-20421.html

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

Articles liés

Commentaires fermés.