Ouverture succession : Prouver sa qualité d’héritier

image_pdfimage_print

heart-452625_1280

Avoir la qualité d’héritier, c’est être investi de plein droit dans la succession.

L’article 724 du Code civil dispose en effet : « Les héritiers désignés par la loi sont saisis de plein droit des biens, droits et actions du défunt ». Un arrêt de principe du 24 novembre 1969 a précisé que : « chacun des héritiers légitimes étant saisis de luniversalité de lhérédité est, en vertu de cette saisine légale, en possession de toute l’hérédité ; en conséquence doit être cassé larrêt ayant décidé que le fils de la défunte ne pouvait prétendre aux fruits et intérêts du legs particulier que sa mère lui avait fait que du jour de la demande en délivrance » (Civ. 1 re, 24 nov. 1969).

S’agissant de la saisie de l’universalité du patrimoine du de cujus par les héritiers, un récent arrêt du 28 mai 2020 a précisé que : « les héritiers désignés par la loi sont saisis de plein droit des biens, droits et actions du défunt ; quen retenant que C… E…, en qualité dhéritier dQ… H…, nétait pas recevable à intenter seul une action en résiliation du bail rural consenti а G… E… faute de justifier détenir les 2/3 des droits indivis, quand C… E… était, en sa qualité dhéritier, saisi de plein droit de laction intentée par Q… H… et pouvait la poursuivre seul, la cour dappel a violé l’article 724 du Code civil » (Cour de cassation – Troisième chambre civile – 28 mai 2020 / n° 19-13.150).

S’agissant du moment, le Code civil précise que pour hériter, il faut exister au moment du décès et ne pas être indigne. L’héritier doit également rapporter la preuve de sa qualité d’héritier. La preuve de la qualité d’héritier pourra être nécessaire tant pour une action judiciaire portant sur la succession, que hors cadre judiciaire.

I. Nécessité de prouver sa qualité d’héritier

Il est nécessaire de prouver sa qualité d’héritier afin de pouvoir débloquer la transmission du patrimoine du défunt. Il est, en effet, nécessaire pour le notaire, de connaître la qualité et l’identité des héritiers, et ce afin de respecter les éventuelles dernières volontés du défunt.

Cela permettra, une fois cette procédure effectuée, d’obtenir le paiement des sommes, qui pourront être versées sur un compte bancaire, comme pour toutes autres créances dues par une administration.

La preuve de la qualité d’héritier a également pour objectif d’assurer la détermination des successibles afin de pouvoir procéder en toute sécurité au règlement de la succession. Notamment, cette procédure permet de respecter les droits des héritiers réservataires, institués par l’article 912 du Code civil.

A. Liberté du mode de preuve

S’agissant de l’établissement de la preuve de la qualité d’héritier, l’article 730 du Code civil dispose : « La preuve de la qualité dhéritier sétablit par tous moyens ».

Ce principe est réaffirmé de manière constante par la jurisprudence : « Mme Q… B… ne justifie pas de sa qualité d’héritière conformément aux articles 768 et suivants du Code civil ; que, toutefois, aux termes de l’article 730 du Code civil, la qualité d’héritier se prouve par tous moyens (Cour de cassation – Troisième chambre civile – 24 septembre 2020 / n° 19-17.068).

En la matière, la preuve peut être rapportée par tous moyens, mais la pratique a développé une coutume dans la demande du certificat de décès du de cujus. La succession par testament facilite l’établissement de la preuve de la qualité d’héritier. Il suffit, en effet, de produire le testament qui institue les héritiers afin de prouver leur qualité.

La succession légale, quant à elle, est basée sur des liens de parenté ou d’alliance qui peuvent complexifier l’établissement de la preuve d’héritier. L’article 730 du Code civil dispose ainsi : « La succession est dévolue par la loi aux parents et au conjoint successibles du défunt dans les conditions définies ci-après ». Cette preuve pourra donc découler d’actes de naissance, de mariage ou de tout autre acte juridique constatant le lien de filiation avec le de cujus.

B. L’acte de notoriété

La complexité inhérente à la nécessité de prouver sa filiation a conduit la pratique à développer la technique de l’acte de notoriété.

L’acte de notoriété peut être défini comme :« L’acte de notoriété est un document dressé selon les cas par un officier public (notaire, officier détat civil, maire, consul) ou un magistrat faisant état de déclarations de plusieurs personnes attestant quun fait est de notoriété publique, cest-à-dire connu par un grand nombre de personnes et dont elles ont eu personnellement connaissance ». (Fiches pratiques – Dalloz – Acte de notoriété – 2019).

D’un point de vue pratique, pour se voir remettre un acte de notoriété, l’héritier devra produire une pièce d’identité, le livret de famille du défunt et la preuve du décès.

En cas de lien d’alliance, le notaire pourra demander le contrat de mariage, ainsi qu’un document attestant de l’absence de testament. La pratique de l’acte de notoriété n’est, en effet, nécessaire, que si les héritiers ne sont pas désignés par un acte testamentaire valable, qui primera tout autre document instituant des successibles (en ce sens : Cour de cassation – Première chambre civile – 12 février 2020 / n° 19-11.668).

L’acte de notoriété doit également faire mention des libéralités à cause de mort pouvant avoir une incidence sur la dévolution successorale. Il s’agira des legs universels ou à titre universel, mais non les legs particuliers. Le notaire doit enfin faire mention de l’acte de notoriété sur l’acte de décès (Cour d’appel de Reims – ch. civile 01 sect. II 18 mai 2018 / n° 17/02571).

Attention, l’acte de notoriété n’accorde qu’une présomption simple de la qualité d’héritier : il fait foi jusqu’à preuve contraire. L’article 730-3 du Code civil dispose en effet : « Lacte de notoriété ainsi établi fait foi jusquà preuve contraire. Celui qui sen prévaut est présumé avoir des droits héréditaires dans la proportion qui sy trouve indiquée ».

L’avantage est qu’en cas de contestation de la qualité d’héritier, c’est à celui qui conteste de rapporter la preuve du défaut de la qualité d’héritier. En outre, l’acte confère à l’égard des tiers l’apparence de la qualité d’héritier à ses bénéficiaires. Ceux-ci sont réputés, détenteurs de biens de la succession, avoir la libre disposition des biens et, s’il s’agit de fonds, la libre disposition de ceux-ci dans la proportion indiquée à l’acte (Article 730-4 du Code civil).

C. L’intitulé d’inventaire

Le Dalloz Droit patrimonial de la Famille définit l’intitulé d’inventaire comme le : « préambule de linventaire dans lequel sont précisées lidentité, la qualité et létendue de la vocation successorale des personnes qui requièrent linventaire. Ce document peut servir ainsi aux intéressés de pièce justificative lorsquils ont а prouver leur qualité de successeur ».

L’intitulé d’inventaire fait ainsi partie de l’acte de succession contenant l’inventaire du patrimoine du défunt. Cet acte peut être dressé par un notaire, mais également par un commissaire-priseur ou un huissier, à la demande des héritiers.

En en-tête d’acte, l’officier public indique quels sont les héritiers ayant demandé l’établissement de l’inventaire en question. Après vérification des pièces justificatives, le préambule mentionne la qualité (parenté exacte de l’héritier ou légataire universel ou à titre universel) et les droits successoraux des intéressés.

L’intitulé d’inventaire a les mêmes effets que l’acte de notoriété. Il permet d’établir une présomption simple d’héritier, mais également d’’héritier apparent, à l’égard des tiers (en ce sens : Cour de cassation, Chambre civile 1, 17 avril 2019, 18-16293).

D. Le certificat d’hérédité

Le certificat d’hérédité est en fait, un certificat de propriété sur des biens meubles de la succession. Il peut être établi par le maire, le notaire ou par un juge unique (du tribunal de justice le plus proche), à la demande d’un héritier en cas de petites successions sans biens immobiliers.

Ce certificat ne peut être délivré, que pour les successions n’excédant pas le montant forfaitaire de 5335 euros, et ne contenant pas d’immeubles. Cependant, ces certificats sont la plupart du temps, refusés par les maires, qui n’ont qu’une simple faculté en la matière.

Il permet de prendre possession de créances publiques ou privées ou de titres nominatifs (actions, obligations, rente sur l’État) sans avoir besoin de recourir aux actes coûteux comme l’acte de notoriété ou l’intitulé d’inventaire. Il donne aux héritiers la qualité d’héritier apparent, mais ses effets sont limités au recouvrement des biens dont il certifie la propriété.

Face à la confiance des maires en la matière, et le peu d’utilisation en pratique, la « loi n° 2015-177 du 16 février 2015 a instauré un mode de preuve simplifié de la qualité dhéritier – attestation de lensemble des héritiers – pour les successions modestes afin de permettre dapurer le passif successoral et de percevoir les sommes détenues sur les comptes bancaires du défunt dans la limite de 5 000 euros revalorisés annuellement en fonction de lindice INSEE des prix à la consommation hors tabac » (C. mon. fin., art. L. 312-1-4 ; Arr. du 7 mai 2015, NOR: FCPT1508536A).

II. Prouver sa qualité d’héritier au cours d’une action en justice

Le deuxième cas dans lequel il peut être nécessaire d’établir sa qualité d’héritier se retrouve dans le cadre d’une action en justice. Il est, en effet, possible de contester la qualité d’un héritier. Le demandeur à l’action qui intente la procédure, devra prouver qu’il est plus proche du défunt, que l’héritier contesté.

Cette action se nomme « action en pétition d’hérédité ». Elle est rendue nécessaire lorsque certains biens de la succession sont en la possession d’un tiers qui refuse leur remise aux héritiers parce qu’il s’estime héritier à leur place. Les héritiers exerceront donc une action afin de se faire reconnaître la qualité d’héritier.

Le Dalloz Action patrimoniale de la Famille présente cette action comme celle « par laquelle un héritier, quel quil soit, successeur universel ou à titre universel, légataire, ou institué contractuel, entend faire reconnaître sa qualité а lencontre dun tiers détenteur dun bien héréditaire qui prétend y avoir droit également en qualité de successeur. Le contentieux a pour objet la dévolution successorale, la qualité de successeur universel et la propriété des biens héréditaires qui y est liée » (Dalloz action Droit patrimonial de la famille – Chapitre 249 – Preuve de la qualité d’héritier – Christophe Verniéres ; Michel Grimaldi – 2018-2019).

Le but étant de se faire reconnaître héritier à la place d’un autre. Aucun texte ne réglemente cette action. Au fil du temps, certaines règles se sont imposées en pratique. En cas de succession légale et afin d’exercer ce recours, la personne doit prouver son lien de parenté avec le défunt auprès d’un juge.

Un arrêt du 7 mai 2020 vient préciser la possibilité, pour une non-propriétaire n’ayant pas levé l’option successorale, de réaliser une telle action : « Le tribunal a retenu en substance que Mme D nayant jamais exercé loption successorale, elle navait jamais eu la qualité de propriétaire du bien en cause et ne pouvait donc agir en revendication de sorte que la seule action qui lui était ouverte était la pétition d’hérédité » (Cour d’appel de Versailles – ch. 03 – 7 mai 2020 / n° 19/03584).

En cas de succession volontaire, la preuve des droits se fait par la production du testament. Le succès de l’action entraîne deux types d’effets :

  • Un effet entre les parties. Le défendeur est obligé de restituer tous les biens successoraux au véritable héritier. L’obligation varie en fonction de sa bonne ou mauvaise- S’il est de bonne foi, c’est-à-dire s’il croyait véritablement en sa qualité, l’héritier sera amené à restituer les biens sans être responsable de leur éventuelle dégradation, mais pourra conserver les fruits qu’il a perçus de ces derniers jusqu’à l’introduction de l’action. En cas d’aliénation des biens, il ne devra restituer que le prix de vente. S’il est de mauvaise foi il se doit de restituer non seulement les biens en état en étant responsable de leur détérioration, mais également les fruits y afférent. En cas d’aliénation, il devra restituer la valeur des biens et non le prix de leur vente.
  • Un effet à l’égard des tiers à la succession. Les tiers sont protégés contre ce genre d’action et ne sont pas responsables de la mauvaise détermination des héritiers. Pour l’acquisition de meubles, ils bénéficient de la protection de l’article2276 du Code civil, selon lequel « la possession vaut titre ». La simple détention matérielle du bien par un tiers, vaudra acte de propriété, jusqu’à preuve contraire. Pour l’acquisition d’un immeuble, les tiers de bonne foi bénéficient de la protection de la théorie de l’héritier apparent, s’ils ont acquis le bien à titre onéreux d’un détenteur qui avait l’apparence du successeur du propriétaire défunt du bien.

 

SOURCES :
Civ. 1re, 24 nov. 1969 : https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000006980945/
Cour de cassation – Troisième chambre civile – 28 mai 2020 / n° 19-13.150 : https://www-dalloz-fr.ezpaarse.univ-paris1.fr/documentation/Document?id=CASS_LIEUVIDE_2020-05-28_1913150
Cour de cassation – Troisième chambre civile – 24 septembre 2020 / n° 19-17.068 : https://www.courdecassation.fr/jurisprudence_2/troisieme_chambre_civile_572/658_24_45476.html
Cour de cassation – Première chambre civile – 12 février 2020 / n° 19-11.668 : https://www.legifrance.gouv.fr/juri/id/JURITEXT000041620387
Cour d’appel de de Reims – ch. civile 01 sect. II 18 mai 2018 / n° 17/02571 : https://www-dalloz-fr.ezpaarse.univ-paris1.fr/documentation/Document?id=CA_REIMS_2018-05-18_1702571
Cour d’appel de Versailles – ch. 03 – 7 mai 2020 / n° 19/03584 : https://www-dalloz-fr.ezpaarse.univ-paris1.fr/documentation/Document?id=CA_VERSAILLES_2020-05-07_1903584
http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/personne-morale.php
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F2527.xhtml
http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/F12697.xhtml
http://www.vie-publique.fr/actualite/panorama/projet-loi-relatif-modernisation-simplification-du-droit-procedures-domaine-justice-affaires-interieures.html
http://www.dictionnaire-juridique.com/definition/comourants.php

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

Articles liés

Commentaires fermés.