Envoi en possession

image_pdfimage_print

negativespace-25

L’envoi en possession est une demande présentée devant les juges ou un notaire afin de contrôler la validité des testaments et legs consentis par le défunt et permettre la remise effective des biens aux légataires universels.

Le « Vocabulaire juridique » rédigé sous la direction de G. CORNU en définissant le terme « possession » indique que dans certaines expressions, ce mot désigne le « droit de se mettre en possesseur d’une chose, d’en devenir le possesseur effectif et légitime ». Et de préciser : « non cependant comme détenteur, mais, en général, comme héritier ou légataire ».

L’envoi en possession pourrait se définir comme une demande présentée devant les juges ou un notaire afin de contrôler la validité des testaments et legs consentis par le défunt et permettre la remise effective des biens aux légataires universels.

La procédure d’envoi en possession concerne en effet l’appréhension matérielle, concrète des biens. Elle a pour finalité d’autoriser le légataire à entrer en possession des biens.

L’envoi en possession est nécessaire pour le légataire universel dans certaines circonstances, pour l’exécuteur testamentaire désigné par testament olographe ou mystique et pour l’État en cas de succession en déshérence.

Pour la résolution de vos problèmes relatifs à une succession, nos avocats sont disposés à vous aider.

Téléphonez nous au : 01 43 37 75 63
ou remplissez le formulaire en cliquant sur le lien

 

I. ENVOI EN POSSESSION DU LÉGATAIRE UNIVERSEL

 A) Conditions de l’envoi en possession

La loi du 18 novembre 2016 rend facultative la procédure d’envoi en possession du légataire universel, désormais jugée sans grande utilité. Cette procédure ne sera demandée qu’en cas d’opposition des héritiers du sang.

Cette quasi-suppression de l’envoi en possession s’accompagne d’un transfert de responsabilité sur le notaire qui devra accomplir des démarches supplémentaires. Par ailleurs, le Parlement, prisonnier de sa frénésie législative, n’a pas envisagé les conséquences de cette réforme sur l’exécuteur testamentaire soumis à cette même procédure depuis la loi du 23 juin 2006.

L’article 1006 du Code civil (1) affirme le principe selon lequel le légataire universel est saisi de plein droit par la mort du testateur dès lors que le testateur ne laisse pas d’héritiers réservataires. En conséquence, en ce cas, il n’a pas à demander la délivrance de son legs aux héritiers du sang (également saisis).

« De plein droit » signifie que le juge est lié et qu’il n’a aucun pouvoir d’appréciation. Dès lors que la condition essentielle d’absence de réservataires est constatée, son ensaisinement ne saurait lui être refusé. Pour permettre au légataire universel d’entrer véritablement en possession de l’hérédité restent donc deux conditions à vérifier :

  • La régularité de son titre, c’est-à-dire du testament
  • L’absence de réservataires.

Le légataire universel, pour entrer en possession des biens héréditaires, est donc dans certaines situations soumis à une formalité préalable qui lui permettra d’exercer pleinement sa saisine : l’envoi en possession.

B) Procédure de l’envoi en possession

Jusqu’au 31 octobre 2017, la demande devait être faite auprès du président du tribunal de grande instance du lieu d’ouverture de la succession, par ministère d’avocat

Elle était accompagnée d’une copie certifiée authentique du testament et d’une copie certifiée authentique de l’acte de notoriété certifiant l’absence d’héritier réservataire. Aucun délai n’était imparti. Le juge vérifiait le caractère universel du legs, l’absence d’héritier réservataire et la validité apparente du testament avant d’autoriser l’envoi en possession.

Depuis le 1er novembre 2017, lorsqu’un testament olographe ou mystique institue un légataire universel et qu’il n’existe pas d’héritiers à réserve, la demande d’envoi en possession auprès du tribunal de grande instance est supprimée (abrogation de l’article 1008 du Code civil.) et il incombera au notaire de vérifier le caractère universel de la vocation du légataire institué et l’absence d’héritiers réservataires (l’article 1007 du Code civil (2). L’envoi en possession ne subsistera qu’en cas d’opposition.

Dans les quinze jours suivant l’établissement du procès-verbal de l’ouverture et de l’état du testament, le notaire fait procéder, aux frais du légataire universel, à l’insertion au Bulletin officiel des annonces civiles et commerciales (BODACC) et dans un journal d’annonces légales diffusé dans le ressort du tribunal compétent d’un avis comprenant le nom du défunt, le nom et les coordonnées du notaire chargé de la succession ainsi que l’existence d’un legs universel (article 1378-1 du Code de procédure civile).

Il est ensuite offert à tout intéressé une voie d’opposition à l’exercice de ses droits par le légataire (article 1378-2 du Code de procédure civile).

L’opposition de tout intéressé doit intervenir dans le délai d’un mois à compter de la réception du procès-verbal et de la copie du testament par le greffe du tribunal de grande instance du lieu d’ouverture de la succession en vue de leur dépôt au rang de ses minutes.

Ce dernier devra alors solliciter du juge un envoi en possession, pour pouvoir appréhender les biens légués. Le juge statue par ordonnance.

À l’expiration du délai d’opposition, soit au plus tard un mois après la publication de l’avis au BODACC et à un journal local d’annonces légales, le légataire universel a la saisine de plein droit (Circulaire du 26 janvier 2017, NOR : JUSC1638274C, fiche 11).

C) Effets

Avant même la mise en œuvre de cette procédure, le légataire universel a d’ores et déjà la possibilité d’effectuer des actes conservatoires sur les biens successoraux. Une fois envoyé en possession, il peut appréhender l’ensemble des biens et des droits du défunt. Les autres héritiers peuvent encore par la suite contester la validité du testament, mais c’est à eux de faire la preuve de la fausseté d’écriture ou de signature.

II. ENVOI EN POSSESSION DE L’EXÉCUTEUR TESTAMENTAIRE

L’envoi en possession est requis pour l’exécuteur testamentaire s’il n’a pas été désigné par testament authentique.

Le législateur de 2006, lors de la réforme des libéralités, a malheureusement étendu cette procédure de l’envoi en possession à l’exécuteur testamentaire quand bien même leurs situations et leurs fonctions ne sont pas du tout assimilables. On sait que l’exécuteur testamentaire peut bénéficier de deux extensions de pouvoirs.

  • La première prévue à l’article 1030 du Code civil (3) l’autorise à prendre possession de tout ou partie du mobilier et à le vendre pour permettre le paiement des legs particuliers dans la limite du disponible. Cette mission peut être confiée par le testateur à l’exécuteur même en présence de réservataires.
  • La seconde extension (article 1030-1 du Code civil) de pouvoir le transforme en véritable liquidateur de la succession l’autorisant ainsi à vendre les biens et payer le passif. Cette dernière mission ne peut être attribuée qu’en l’absence de réservataire. Soumettre ainsi à la formalité de l’envoi en possession l’exécuteur testamentaire a pu sembler curieux d’autant plus que les textes n’étaient pas d’une particulière netteté. En effet, en 2006 a été créé un envoi en possession en présence de réservataires.

III. ENVOI EN POSSESSION DE L’ÉTAT

Par application des dispositions des articles 539 et 768 du Code civil, l’État peut prétendre aux successions des personnes qui décèdent sans héritiers ou aux successions qui sont abandonnées, à moins qu’il ne soit disposé autrement des biens successoraux par des lois particulières.

Ainsi, à défaut d’héritier connu, l’État recueille la succession, mais il doit se faire envoyer en possession pour appréhender les biens successoraux conformément à l’article 724 du Code civil. A cet effet, l’État doit demander l’envoi en possession selon les modalités fixées à l’article 770, alinéa 1er du même Code.

L’administration chargée des domaines demande l’envoi en possession de la succession d’une personne qui décède sans héritiers ou d’une succession abandonnée dans les formes et conditions prévues par l’article 1354 du Code de procédure civile (article R. 1122-1 du Code général de la propriété des personnes publiques).

Par ailleurs, il convient de préciser que les biens dépendant d’une succession en déshérence qui appartiennent à l’État ne constituent pas des biens sans maître et, par conséquent, ne sont pas susceptibles d’appartenir aux communes.

La demande est faite auprès du tribunal de grande instance du lieu d’ouverture de la succession (article 811 du Code civil (4) et article 1381 du Code de procédure civile (5)). Le tribunal ne peut autoriser l’envoi en possession avant l’expiration d’un délai de quatre mois à compter de l’ouverture de la succession et après des formalités de publicité (article 1354 du Code de procédure civile).

SOURCES :04

 

Cet article a été rédigé pour offrir des informations utiles, des conseils juridiques pour une utilisation personnelle, ou professionnelle.

Il est mis à jour régulièrement, dans la mesure du possible, les lois évoluant régulièrement. Le cabinet ne peut donc être responsable de toute péremption ou de toute erreur juridique dans les articles du site.

Mais chaque cas est unique. Si vous avez une question précise à poser au cabinet d’avocats, dont vous ne trouvez pas la réponse sur le site, vous pouvez nous téléphoner au 01 43 37 75 63.

Articles liés

Commentaires fermés.