Au cours d’une succession, il est en possible que le consentement du légataire ait été vicié par une personne profitant de la faiblesse ou de la vulnérabilité de ce dernier. Le légataire se trouve donc victime d’un abus de faiblesse, c’est à dire d’un processus par lequel il a été amené à faire des choses qu’il...